Innovation pédagogique & numérique

Innovation pédagogique & numérqueBoîtiers de vote, classe inversée, classe virtuelle…le Service Universitaire de Pédagogie expérimente de nouvelles pratiques, aide et accompagne les enseignants pour favoriser les apprentissages des étudiants.

Initier de nouvelles façons d’apprendre

Différents dispositifs sont développés pour favoriser les interactions entre les étudiants et enseignants. Parmi les pratiques mises en place, on peut citer  :

 

  • Mode projet

Le principe ? réunion des groupes d'étudiants autour d'un objectif commun et réalisable. Objectif qu'ils doivent atteindre avec la plus grande autonomie possible. Ces situations sont sources d'une grande motivation pour les étudiants et permettent ainsi une meilleure appropriation des connaissances.

 

  • Par expérimentation

Il s'agit de jeux rôle pour favoriser la mémorisation et améliorer la participation des étudiants en cours

 

  • Boîtiers de vote

Via les boîtiers de vote, les cours et travaux dirigés peuvent être complétés par des questions à choix multiples (QCM). Les boitiers permettent aux étudiants de s’exprimer davantage et de rendre le cours interactif. Cet outil permet aussi aux enseignants de voir ce qui a bien été compris et revenir sur ce qui l’est moins. L'attention des étudiants a tendance à baisser au bout de 20 minutes. Ces boîtiers permettent de la relancer.


  • Classes virtuelles & tutorat

Des classes virtuelles sont mises en place, en réunissant en temps réel via internet un formateur et des élèves.

 

  • Pédagogie inversée

Autre outil technologique qui change la vie des étudiants : les plateformes pédagogiques. Les professeurs mettent en ligne divers documents : plans de cours, thèses, corrigés d’exercice. Sous forme de textes ou de vidéos. Des supports utiles pour travailler la pédagogie inversée : les étudiants travaillent les notions en amont, ce qui permet de consacrer les cours aux notions les plus complexes ou à des travaux pratiques.

 

Développer un savoir-être

Ce que doit savoir un diplômé aujourd’hui, c’est aussi maîtriser les codes du monde professionnel, voire de la société. Autrement dit, il s’agit pour lui d’acquérir des compétences sociales, ce qu’on appelle le savoir-être ou les soft skills. Une étude du Céreq du début de l’année a montré l’impact positif des soft skills sur la rémunération des jeunes diplômés les plus qualifiés. Dans ce cadre, l’UBS organise des ateliers théâtre, des sessions pour professionnaliser son image…

 

Former les enseignants 

Le service de pédagogie met en place différents ateliers de formation et de réflexions comme par exemple : “Mieux organiser son cours”, “Rendre son cours interactif”, “Prise en main des outils numériques”.  Tous les ans, des conférences, séminaires et journée d’études spécifiques sont organisés. Parmi les différents temps-forts : un séminaire en 2016 sur l’évaluation des formations et des enseignements, avec Marc Romainville, professeur à l’université de Namur (Belgique) ;  une journée dédiée en 2015 « Apprendre à l’horizon 2035 : Le cerveau pour allié en classe ? »

 

Vers une transformation pédagogique 

Auprès de la communauté universitaire, l’UBS a lancé en 2015, un appel à projets pour faire émerger et soutenir de nouvelles initiatives numériques et pédagogiques : mise en place de serious game, création de nouveaux modules d’enseignement, ateliers théâtre…

L’UBS poursuit cette dynamique et met en place à compter 2017 un fonds d’amorçage dédié sur 3 ans pour financer une véritable transformation pédagogique de l’établissement.